Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qu'est-ce ?

 Ce blog a pour but de promouvoir la philotropie à une échelle mondiale. Qu'est-ce que la philotropie ? C'est une alternative à la philosophie qui inclut dans son domaine de recherche les apports encore mésestimés de nouveaux penseurs tel que Florent Pagny ou David et Jonathan.

Les Nouveautés

3 février 2005 4 03 /02 /février /2005 00:00

 

Martin Zimmerfrei au temps de sa spendeur

Martin Zimmerfrei est née en 1969, à Berlin-est. C'est dans cette petite ville insouciante et joyeuse qu'il passe les premières années de sa vie, entouré de l'amour de sa mère, secrétaire à la stasi, et de son père, vaillant Kapo au regard bleu acier qui n'a pas son pareil pour dégommer un contrevenant à 100 mètres. La vie quotidienne est rythmée par de nombreux débats d'idée qui contribuent à former le jeune Zimmerfrei dans une ambiance de saine émulation intellectuelle : "Peut-on raisonnablement espérer que le prix de la baguette n'augmente pas de 400% dans le mois à  venir?" ou "Staline était-il vraiment un chic type ?" ou "Pourquoi ma soeur, son mari et ses trois enfants ne donnent-ils plus de nouvelles depuis trois ans ?".
En 1989, c'est le choc: le mur tombe et Martin ébahi découvre qu'il y a quelque chose derrière : essentiellement des bars et des Mac Donald. Pour lui, c'est la révélation (surtout le Mac Chicken). Autre révélation: il est nécessaire d'avoir de l'argent car le gérant du Macdo refuse obstinément de faire crédit.
Face à ce qu'il considére comme une injustice, Martin décide d'agir. D'abord, il se fait pousser les cheveux. Ensuite il déclare publiquement qu'il va voler les riches pour donner aux pauvres. Par chance, il connaît personnellement un pauvre: lui. Il décide donc de s'octroyer la totalité des bénéfices provenant de ses larçins. En revanche, il ne connaît aucun riche, et c'est un peu au hasard qu'il braque petites vielles à cabat et petits vieux à casquettes, pour un total de 15 marks 95.
Fin 90, il est arrêté par la police et jeté en prison. En signe de contestation, il se coupe les cheveux, mais juste ceux au dessus des oreilles.
Du fond de sa geôle, il décide d'entreprendre un doctorat de philosophie. Le gardien Karl Maurig qui l'a tenté, sans succès, l'année précédente, lui conseille de suivre quelques cours de mise à niveau (A cette époque, Martin est persuadé que Schoppenhauer est une marque de bière). Les deux hommes se lient d'amitié, et pour son 22ième anniversaire, Karl offre à Martin un apfelstrudel avec une scie à métaux cachée à l'intérieur. Martin se casse trois incisives, les deux hommes se brouillent. Privé de compagnie, Martin se met à l'écriture. Dans un état proche de la transe, il rédige en une seule nuit une thèse de 250 pages sur "Staline précurseur de l'écologie ou le recyclement des déchets en Union Soviétique".
Au petit matin, malheureusement pris d'hallucination, il confond la fenêtre de sa cellule avec la fente d'une boîte aux lettres. Une vieille femme reçoit le manuscrit sur la tête et meurt. Martin en reprend pour 10 ans, et c'est finalement en 2004 qu'il retrouvera le chemin de la liberté grâce à une remise de peine de 6 mois pour bonne conduite.


Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Grédisset - dans philotropie
commenter cet article

commentaires

Jacques Mouf 04/02/2005 08:04

Sortir certains penseurs méconnus de l'ombre dans laquelle ils vivent, voila une initiative louable.
Personnellement je n'avais jamais entendu parlé de ce monsieur Chambrelibre.